Partenaire de vos Passions
30 Août

La hausse des prix de l’immobilier à Saint-Ouen-l’Aumône se poursuit !

Septembre sera bientôt là. Covid oblige, la rentrée sera sûrement un peu particulière cette année… Reprise, prix… Qu’est-ce qui vous attend en termes d’immobilier à Saint-Ouen-l’Aumône ? Faisons le point.

La hausse des prix des logements anciens se poursuit sans s’affaiblir
Durant la deuxième quinzaine de mai, la demande a rebondi : une partie de ceux qui n’avaient pu finaliser leur projet d’achat durant le confinement est revenue sur le marché. Ce rattrapage s’est poursuivi depuis, mais sa puissance s’est progressivement atténuée.

Le rebond technique de la demande constaté depuis la sortie du confinement n’a pas été suffisant pour permettre au marché de renouer avec les niveaux d’activité de l’année dernière. Et les tendances qui se dessinent depuis le début de l’été confirment que les ressorts de la demande qui avaient porté le marché au zénith durant les dernières années sont grippés. En réalité, les ventes réalisées en juillet ont juste réussi à se stabiliser par rapport à leur niveau de juin.

Aussi, alors que les mois de mars à juillet portent habituellement 45 % des ventes de l’année, la crise a déjà privé le marché de 18 % de son activité annuelle qu’il devient impossible de rattraper en 2020. Cette chute de l’activité qui s’alimente de la restriction de l’accès aux crédits immobiliers voulue par la Banque de France est synonyme de raréfaction de l’offre, face à une demande potentielle largement supérieure. Les tensions sur les prix restent donc vives et elles se sont même renforcées en juillet.

En juillet, les prix signés (mesurés en niveau annuel glissant) ont ainsi augmenté de 5.2 % sur un an, contre + 4.0 % il y a un an à la même époque. Depuis le début de la crise actuelle, la hausse annuelle des prix se maintient donc à plus de 5 %. Et aucun mouvement de baisse générale ne se dessine : d’ailleurs, les prix n’ont reculé en juillet que dans 5 % des villes de plus de 100 000 habitants, confirmant le constat établi depuis avril dernier (contre 8 % en mars et 12 % en janvier et en février).

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée